LA PISTACHE

La PISTACHE, Kai Xin Guo.

La pistache, Kai Xin Guo 开心果 en chinois, vient du pistachier commun, « Pistacia Vera ».

C’est un arbre qui peut atteindre 3 à 10m de haut.

Il fait partie des Anarcadiaceae, la même famille qui donne les mangues ou les noix de cajou.

Pour la petite histoire, il est dit : «Un arbre met quinze ans avant d’être vraiment productif. Mais quand le coup d’envoi est donné, il continue à donner des fruits pendant des centaines d’années ».

Connu depuis des millénaires et cultivé dans les zones arides d’Asie centrale, sa culture s’est progressivement étendue au bassin méditerranéen, en particulier sous l’impulsion des Romains au début de l’ère chrétienne.

On en a même retrouvé des traces de cette graine à la fin de l’âge de pierre, 7000 ans av. J.-C..

La Reine de Saba à la vie quelque peu sulfureuse avait un faible pour cette petite graine verte et douce. À sa cour, les pistaches étaient un privilège réservé à la famille royale et aux élites : on les disait aphrodisiaques et étaient consommées après le repas.

La pistache est un fruit à pulpe très mince et à noyau qui contient une graine verte claire, dont la surface est recouverte d’une mince pellicule plus ou moins rougeâtre.

C’est cette graine qui est consommée comme condiment.

En France, elle fut introduite au XVIIe siècle et elle est appelée « amande des Perses ». En Chine on l’appelle « Noix heureuse », relativement à sa coque semi-ouverte. C’est d’ailleurs la traduction de Kai Xing Guo.  Elle est le symbole de la santé et du bonheur.  En Iran, « pistache-sourire ».

Nous allons voir que c’est un grand produit pour réchauffer le Yang des Reins, mais il entre aussi dans la panoplie des alicaments amaigrissants.

Dans les pays du Moyen-Orient, la pistache a la réputation d’avoir pour effet d’annuler les envoûtements amoureux !

Nicolas De la Mare en 1600, écrit dans son Traité de Police : «   Les pistaches sont salutaires aux personnes atténuées de maigreur ou de faiblesse; elles sont utiles contre les morsures de serpent, soit qu’on les mange en substance, soit que l’on boive le vin où elles auront infusé.  »

Dans le Sahara on dit que le pistachier térébinthe, toujours vert, mais dont le tronc est souvent creux garda ses feuilles à la mort de Mahomet alors que tous les autres arbres prenaient le deuil. Sommé de se justifier, il déclara: «  Le deuil véritable n’est pas celui de la chevelure, mais bien celui de l’âme. Vous voyez que je me suis arraché moi-même le cœur.  »

Un proverbe perse pour sourire : « Une pistache dépourvue de graine est confuse dès qu’elle ouvre la bouche ».

Que dit la médecine chinoise ?

La pistache, Kai Xin Guo est de nature Tiède et de saveur légèrement Piquante et Douce.

La légère saveur piquante a pour effet d’éliminer les blocages, en particulier, pour ce qui nous intéresse ici, elle permet de déloger, de faire circuler et même de dissoudre le Tan.

Je vous rappelle que le Tan est un terme générique qui englobe tous les déchets de l’organisme (graisses circulantes, lipomes, nodules, plaques d’athérome). Mais aussi les graisses accumulées dans les tissus interstitiels.

La saveur douce renforce l’énergie, nourrit le Yin, les liquides organiques. Il est dit aussi qu’elle « renforce le sang du Cœur et le sang du Foie ».

La nature tiède permet de réchauffer, en particulier ici les Reins.

Les méridiens-organes cibles sont ceux :

    • De la Rate,
    • Des Reins,
    • Du Foie.

Ces principales actions sont :

    • Tonifier le Yang du corps.
    • « Tiédir » l’énergie des Reins.
    • Nourrir le Yin du Foie et des Reins.
    • Tonifier et réchauffer la Rate.

*Selon la médecine chinoise, le vide du Yang des Reins est un tableau très classique. Les symptômes que l’on retrouve couramment sont :

    • des douleurs lombaires,
    • une sensation de froid dans le bas du dos,
    • une énergie sexuelle faible,
    • une baisse importante de la libido,
    • des problèmes d’éjaculation précoce,
    • de l’impuissance.
    • Prédomine aussi un état de fatigue et de lassitude.
    • Les urines sont souvent claires.
    • Au niveau mental et émotionnel, c’est très souvent un état dépressif qui prédomine.

Les causes sont multiples :

    • La vieillesse,
    • les maladies chroniques finissent par épuiser la batterie des Reins.

Mais deux causes prédominent à l’heure actuelle : les excès sexuels (je vous renvoie au coffret qui vient de sortir à ce sujet) et une accumulation d’humidité au niveau du « logiciel rate-pancréas » qui finit par épuiser le Yang des Reins (excès de sucres, de liquides ingérés, de graisses saturées, de laitages …).

La pistache, en tonifiant et réchauffant la Rate et les Reins permet d’agir sur tous ces symptômes. C’est un excellent tonique sexuel et les personnes qui souffrent de lombalgie chronique avec envie de se mettre une bouillotte dans les Reins devraient en consommer fréquemment.

*Nous savons que le logiciel « Rate-pancréas » est le chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire. La pistache par son double rôle d’activation de l’énergie de la Rate et de réchauffement de celle-ci permet de mieux digérer le bol alimentaire et d’assécher l’humidité. Au final, à condition de ne pas en dépasser la dose, ce produit peut facilement nous aider à réguler notre poids.

*Mais c’est aussi un excellent antidiarrhéique. Les familles chinoises avaient l’habitude d’en consommer en cas de selles molles et d’inappétence.

Que disent les recherches modernes ?

*La pistache est très riche en antioxydants. Nous savons que ceux-ci aident à prévenir les dommages causés par les radicaux libres. Ils permettent d’économiser le travail des cellules et par là de prévenir le vieillissement précoce et la maladie. Une consommation régulière, même modérée de cette graine permet d’augmenter le niveau de lutéine qui est un puissant protecteur des maladies cardiovasculaires.

Mais aussi la lutéine et la zéaxanthine sont excellentes pour les yeux. Elles préviennent la dégénérescence maculaire et les maladies des yeux liées au vieillissement.

*Elle contient plus de trente vitamines et minéraux. Entre autres :

    • Une forte quantité de cuivre qui favorise la formation du tissu conjonctif.
    • Du manganèse qui favorise le métabolisme des glucides et des graisses
    • Du phosphore pour les os et les dents.
    • Du magnésium pour le cœur et la pression artérielle.
    • Du potassium pour l’équilibre acido-basique, la formation des protéines et la contraction musculaire.
    • Du fer pour le sang.
    • De la Vit. B, la vitamine de la bonne humeur, essentielle pour la transmission nerveuse
    • De la vit.E, essentielle pour une peau saine, et pour la protéger contre les U.V.

*La pistache est une importante source d’apport en fibres (autant qu’une portion d’avoine), pour favoriser le péristaltisme intestinal, la digestion du bol alimentaire et l’élimination des déchets.

*Elle permet de prévenir le diabète de type II grâce à sa teneur en phosphore.

*C’est aussi une très bonne source de bons acides gras qui aident à réduire le « mauvais cholestérol » (LDL)et augmentent le bon (HDL).

Mode d’utilisation.

*Les pistaches sont vendues crues cuites, décortiquées ou non décortiquées. La coque de la pistache s’ouvre naturellement lorsque le fruit est mûr. La chair doit être d’un beau vert frais (c’est ce qui a donné en peinture le « vert pistache »). Cela montre qu’elles n’ont pas été rôties à trop forte température.

*La pistache a une chair tendre, au léger goût de térébenthine.

*On peut aussi trouver de l’huile de pistache qui est excellente.

*La farine sert à la préparation de gâteaux, de crêpes.

*On pourra l’incorporée aux sauces, aux farces, aux terrines, aux pâtisseries. C’est par exemple un des ingrédients principaux des Baklavas, édulcorés au miel. Mais aussi c’est un ingrédient indispensable des tagines. Plus près de chez nous, on en trouve dans le nougat de Montélimar.

*Prenez des pistaches nature et de culture biologique de préférence.  Et surtout sans sel. Les pistaches rôties à sec, salées contiennent 40 fois plus de sodium que les pistaches rôties sans sel. Il faut absolument les éviter. Rappelons-nous qu’en médecine chinoise il est dit que « l’excès de sel endommage gravement l’énergie des Reins ». Si vous avez des pistaches salées, décortiquez-les et lavez-les pour les dessaler.

* La pistache supporte mal d’être effilée ou broyée, et à moins que la recette ne l’exige, mieux vaut l’utiliser entière.

*Pour la débarrasser de sa peau, il suffit après l’avoir décortiquée de la tremper, comme l’amande, une minute dans de l’eau ou du lait chauds, mais non bouillants.

*Un conseil : c’est un produit cher. Vous le trouverez très souvent dans les épiceries chinoises ou arabes à des prix qui défient toute concurrence. À vous de savoir reconnaître les bonnes graines.

*Une bonne poignée de pistaches à décortiquer est largement suffisante pour répondre à la dose quotidienne recommandée d’antioxydants, de protéines, de minéraux, de vitamines pour que le corps puisse trouver son bon équilibre.

* Un conseil : faites de temps en temps une cure de neuf jours d’une poignée de pistache décortiquée et rendez-vous compte par vous-même des bienfaits que vous allez pouvoir en retirer.

*La pistache se conserve dans un récipient hermétique, au frais, à l’abri de la lumière.

Contre-indications

Certaines personnes ne pourront en consommer, car elles sont allergiques. Mais le cas est rare.

Dans les traités chinois il est dit : « Il faut éviter de consommer en même temps de la mangue ou des noix de cajou, au risque alors de faire se potentialiser les facteurs allergènes, ce que l’on appelle l’allergie croisée« .

Conclusion

Voilà un « alicament » qui peut tout à fait entrer dans nos plats occidentaux. À condition de ne pas faire l’erreur de la consommer grillée et surtout salée, vous allez en retirer des bienfaits essentiels au bon fonctionnement de votre corps. En effet, elle agit à la source même de la prévention, à savoir la conservation du bon équilibre au niveau de l’énergie des Reins.

Mais une fois de plus toutes les propriétés de cette graine ne peuvent réellement se révéler que si vous les mastiquez très longuement. Je développe dans mes stages de diététique, les neuf raisons pour lesquelles il convient de les mastiquer 20 à 30 fois (ouvrir lien pour stages).

Quelques citations à son sujet :

Dans Candide, ou l’Optimisme de Voltaire : « Tous les événements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles : car enfin si vous n’aviez pas été chassé d’un beau château à grands coups de pied dans le derrière pour l’amour de mademoiselle Cunégonde, si vous n’aviez pas été mis à l’inquisition, si vous n’aviez pas couru l’Amérique à pied, si vous n’aviez pas donné un bon coup d’épée au baron, si vous n’aviez pas perdu tous vos moutons du bon pays d’Eldorado, vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches. — Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin ».

Dans la genèse (43 :11) :« Prenez dans vos vases les meilleurs produits du pays, et portez à l’homme un présent : un peu de baume et un peu de miel, des épices et de la myrrhe, des pistaches et des amandes. »

Enfin cette citation qui s’apparente à de « l’érotisme esthétique » : Les poètes  soufis  se servaient de la pistache pour symboliser la bouche.

 Karezmî au XIVe siècle : « Le perroquet de ton duvet est perché sur le rubis (=lèvres) et donne à la pistache (=bouche) du sucre en abondance ».

Les commentaires sont fermés.

Rejoignez-moi sur

Retrouvez Jean Pélissier sur Facebook.   Retrouvez Jean Pélissier sur Google Plus.   Retrouvez Jean Pélissier sur Viadeo.   Retrouvez Jean Pélissier sur Linkedin.   Retrouvez Jean Pélissier sur YouTube.

Recommandez ce blog :