LES ALICAMENTS

LE POIVRE

Le poivre, Hu Jiao.

 Il provient du fruit séché de Hu Jiao, 胡椒 « piper nigrum » qui est une plante rampante à feuillage persistant de la famille des  Pipéraceaes.

Son nom vient du sanskrit « pipali », qui a donné en grec « peperi » et en latin « Piper ».

Hu Jiao est originaire de l’Inde. Il a ensuite gagné les pays d’Asie du Sud Est, Madagascar et le Brésil.

Il ne faut pas confondre Hu Jiao avec Hua Jiao, le « poivre du Sichuan » qui est un « faux poivre ». Il provient en réalité d’un frêne épineux chinois.

Autre temps, autre vision des choses : le poivre au moyen-âge se vendait à prix d’or. D’où l’expression « cher comme poivre » ou « payer en espèce=épices ». La richesse d’un noble pouvait être évaluée à la quantité de poivre qu’il possédait !

Pour la petite histoire, au XIIe siècle, les croisés qui réussirent la prise de Césarée en Palestine furent récompensés par le don d’1kg de poivre, une fortune à l’époque.

Selon le stade de la récolte, on peut avoir du poivre vert, blanc, noir, rouge ou gris.

C’est en même temps un Yao, un médicament, mais aussi un condiment très prisé. En tant que plante aromatique, c’est un exhausteur de goût.

Hu Jiao, le poivre fait partie des « médicaments qui réchauffent l’interne ». Il a comme propriétés de traiter tous les troubles induits par une faiblesse du système digestif. Continuer la lecture

LE COING

LE COING, Wen Po

Le coing, Wen Po 榅桲  en chinois est le fruit du cognassier, Cydonia oblonga.

Cet arbre relativement petit (5-7m) et pouvant atteindre une grande envergure (4-6m) est originaire du Moyen-Orient.

Déjà relatées dans certains compendiums de pharmacopées chinoises, les vertus de son fruit sont connues depuis plus de 4000 ans.

Les Grecs antiques connaissaient déjà ce fruit sous le nom de « Pomme de Cydon ». Ils pensaient que ce fruit pouvait éloigner les mauvais esprits. C’était aussi un symbole d’amour  et de fertilité.

Chez les Romains, c’est son huile essentielle qui était utilisée pour fabriquer certains parfums.

C’est un arbre qui pousse principalement dans des climats de type méditerranéens, en Espagne, en Grèce, au Portugal.  En Italie, on le connaît sous le nom de « pomme cotonneuse ».

Introduit en Provence au début du XVe siècle, il connut très rapidement une grande popularité. Dans le Sud-Ouest, les cognassiers servaient à délimiter les parcelles des terres agricoles.

Comme les poires, le coing contient des amas de cellules « pierreuses » donnant à leur chair une consistance granuleuse.

Ce fruit, qui arrive à maturité en fin d’automne, possède comme nous allons le voir une grande action de tonification de l’énergie de la Rate qui, rappelons-le, est le chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire en MTC. Continuer la lecture

LE CHAMPIGNON NOIR CHINOIS

LE CHAMPIGNON NOIR CHINOIS,

HEI MU ER, 黑木耳.

Le champignon noir chinois s’appelle Hei Mu Er 黑木耳. Hei 黑 signifie noir, Mu 木, bois et Er 耳, Oreille.

Dans nos contrées on le trouve sous l’appellation « d’oreille-de-Judas » ou « oreille du diable ».

C’est une espèce de champignon comestible du genre Auricularia. En japonais, il s’appelle Kikurage.

C’est un champignon parasite du bois. En effet il pousse en hiver et au printemps sur les troncs des vieux sureaux, des hêtres, des noyers, des saules, des fusains.

Cependant, il n’est cultivé qu’en Asie pour ses vertus médicinales. Il est dit « saprophyte » car il se nourrit des matières organiques en décomposition.

Il se présente comme une coupe de 2 à 6 cm qui s’étale avec des sinuosités et des lobes. Sa chair est translucide, gélatineuse, ferme et élastique. Certains ressemblent à s’y méprendre à une oreille, d’où le nom d’oreille-de-Judas. Judas, parce que celui-ci serait se pendu à un sureau après sa trahison !

Il a la particularité d’être très riche en protéines, mais aussi en fer pour tonifier le sang. Selon la théorie des signatures, traditionnellement, on considère que sa consistance visqueuse rappelle celle du Poumon, en concordance avec son action tonifiante sur l’énergie de cet organe.

Connu depuis la nuit des temps, tant en diététique qu’en pharmacopée, on le trouve dans toutes les épiceries chinoises, les supermarchés au rayon asiatique et de plus en plus dans les magasins Bio.

Au 19e siècle, en Amérique du Nord, les ouvriers chinois qui posaient les voies ferrées (confère Lucky Luke), en dépit des conditions de vie et de travail difficiles, parvinrent à maintenir un niveau raisonnable de santé grâce à l’association de Riz, de champignons noirs et de fleurs d’hémérocalles séchées (Jin Zhen) considérées comme un légume.

Un proverbe chinois dit : « Manger Hei Mu Er permet de lutter contre la faim, d’alléger le corps et de renforcer la volonté ».

Continuer la lecture

Rejoignez-moi sur

Retrouvez Jean Pélissier sur Facebook.   Retrouvez Jean Pélissier sur Google Plus.   Retrouvez Jean Pélissier sur Viadeo.   Retrouvez Jean Pélissier sur Linkedin.   Retrouvez Jean Pélissier sur YouTube.

Recommandez ce blog :