LE CRESSON

LE CRESSON, XI YANG CAI

Le cresson dont nous allons parler ici est le cresson officinal encore appelé « cresson de fontaine ».

Son nom chinois Xi Yang Cai 西洋菜 . C’est une plante potagère de la famille des crucifères, tel le chou, le brocoli, la mâche, le navet et le radis. Il ne faut pas le confondre avec le cresson de terre, barbarea verna, ou le cresson alénois, deux espèces poussant dans des lieux secs.

Le cresson de fontaine est une plante vivace qui forme des pousses rampantes au fond de l’eau, puis des tiges creuses qui se dressent hors de l’eau à l’extrémité des rameaux. Le cresson se cultive traditionnellement en fosses remplies d’eau non stagnante, appelées « cressonnières » (terme attesté depuis 1286).

Le mot « cresson » est apparu dans la langue française en 1130. Il vient du francique kresso qui signifie « rampant ».

Cette plante est connue depuis la plus haute antiquité. On lui attribuait alors des vertus magiques. Elle entrait dans la préparation de philtres d’amour. Xénophon raconte que les jeunes perses allaient à la chasse en se contentant d’eau et de pain assaisonné de cresson. Lire la suite “LE CRESSON” »

LA GRENADE

LA GRENADE, SHI LIU

La grenade est un fruit originaire d’Iran. C’est un des fruits les plus anciens, appréciés pour ces multiples vertus thérapeutiques et préventives comme nous allons le voir.

En chinois, on l’appelle Shi Liu 石榴. C’est un des grands fruits de la pharmacopée chinoise, en particulier la « peau de grenade séchée », Shi Liu Pi.

La grenade est le fruit du grenadier (Punica granatum) de la famille des Lythracées.

Ce fruit, en forme de pomme, passant avec le temps du vert au rouge orange, doit être considéré comme un cas limite de baie puisque la pulpe n’est pas charnue, mais elle n’est pas filandreuse non plus. Son diamètre peut atteindre 15 centimètres et elle est divisée par de nombreuses parois. Chaque grenade est composée d’exactement 840 graines, chacune entourée par un sac de jus sucré et acidulé.

On en retrouve sa trace dans les temps les plus reculés.  Dans la tombe d’un haut fonctionnaire égyptien de l’époque de Ramsès IV, on a retrouvé des grenades comme offrandes funéraires.

La racine, l’écorce et la peau bouillie étaient utilisées jusqu’au Moyen Âge comme vermifuge même contre les vers solitaires.

Considérée comme un des fruits du paradis, la grenade est utilisée en pays d’Islam dans la médecine arabo-musulmane. Dans l’ouvrage « at-tibb an-nabawi » de l’auteur Ibn al-Qayyim al-Jawziyya, littéralement « la médecine prophétique », l’écorce de grenade est notamment utilisée pour traiter le diabète et le cancer !  Lire la suite “LA GRENADE” »

LE PIGNON DE PIN

Le Pignon, Song Zi

Le pignon de pin ou Song Zi 松子 en chinois est la graine du pin. On l’appelle encore « noix du pin ».

C’est la graine qui pousse sous chaque écaille du cône ou de la pomme du pin parasol. La récolte se fait entre octobre et mars, lorsque le soleil permet l’ouverture des écailles de la pomme de pin.

Une fois « décortiquée », la graine est blanc nacrée. Selon la théorie des signature, elle s’apparente de par sa couleur au Poumon.

Cette graine est connue et consommée depuis le paléolithique en Europe et en Asie. En Amérique, sont très tôt cultivés par les Amérindiens. Les Romains et les Grecs pensaient que ces graines étaient aphrodisiaques, surtout quand elles étaient consommées le soir avant de se coucher avec du miel et des amandes.

Connue en Chine depuis des millénaires, dans de très nombreux compendiums de pharmacopée, cette graine était considérée comme un aliment de longue vie.

Saviez-vous que l’ancêtre du nougat apparut au Moyen Âge, sous forme de friandise à base de pistache, de pignons et de sucre ?

La pomme de pin qui nous donne ces si délicieux pignons est un symbole très ancien connu de toutes les grandes traditions : celui de la glande pinéale auquel est associé le troisième Œil.

Pendant le siècle dit « des Lumières », on s’en servait pour traiter les phtisies, forme de tuberculose.

Nous allons voir qu’en médecine chinoise, Song Zi, le pignon est un produit très important pour agir sur la toux sèche, mais aussi sur certaines formes de constipation. Lire la suite “LE PIGNON DE PIN” »

LE COING

Le Coing, Wen Po

Le coing, Wen Po 榅桲  en chinois est le fruit du cognassier, Cydonia oblonga.

Cet arbre relativement petit (5-7m) et pouvant atteindre une grande envergure (4-6m) est originaire du Moyen-Orient.

Déjà relatées dans certains compendiums de pharmacopées chinoises, les vertus de son fruit sont connues depuis plus de 4000 ans.

Les Grecs antiques connaissaient déjà ce fruit sous le nom de « Pomme de Cydon ». Ils pensaient que ce fruit pouvait éloigner les mauvais esprits. C’était aussi un symbole d’amour  et de fertilité.

Chez les Romains, c’est son huile essentielle qui était utilisée pour fabriquer certains parfums.

C’est un arbre qui pousse principalement dans des climats de type méditerranéens, en Espagne, en Grèce, au Portugal.  En Italie, on le connaît sous le nom de « pomme cotonneuse ».

Introduit en Provence au début du XVe siècle, il connut très rapidement une grande popularité. Dans le Sud-Ouest, les cognassiers servaient à délimiter les parcelles des terres agricoles.

Comme les poires, le coing contient des amas de cellules « pierreuses » donnant à leur chair une consistance granuleuse.

Ce fruit, qui arrive à maturité en fin d’automne, possède comme nous allons le voir une grande action de tonification de l’énergie de la Rate qui, rappelons-le, est le chef d’orchestre de la digestion du bol alimentaire en MTC. Lire la suite “LE COING” »

LE CHAMPIGNON NOIR CHINOIS

Le Champignon Noir Chinois,

Hei Mu Er, 黑木耳.

Le champignon noir chinois s’appelle Hei Mu Er 黑木耳. Hei 黑 signifie noir, Mu 木, bois et Er 耳, Oreille.

Dans nos contrées on le trouve sous l’appellation « d’oreille-de-Judas » ou « oreille du diable ».

C’est une espèce de champignon comestible du genre Auricularia. En japonais, il s’appelle Kikurage.

C’est un champignon parasite du bois. En effet il pousse en hiver et au printemps sur les troncs des vieux sureaux, des hêtres, des noyers, des saules, des fusains.

Cependant, il n’est cultivé qu’en Asie pour ses vertus médicinales. Il est dit « saprophyte » car il se nourrit des matières organiques en décomposition.

Il se présente comme une coupe de 2 à 6 cm qui s’étale avec des sinuosités et des lobes. Sa chair est translucide, gélatineuse, ferme et élastique. Certains ressemblent à s’y méprendre à une oreille, d’où le nom d’oreille-de-Judas. Judas, parce que celui-ci serait se pendu à un sureau après sa trahison !

Il a la particularité d’être très riche en protéines, mais aussi en fer pour tonifier le sang. Selon la théorie des signatures, traditionnellement, on considère que sa consistance visqueuse rappelle celle du Poumon, en concordance avec son action tonifiante sur l’énergie de cet organe.

Connu depuis la nuit des temps, tant en diététique qu’en pharmacopée, on le trouve dans toutes les épiceries chinoises, les supermarchés au rayon asiatique et de plus en plus dans les magasins Bio.

Au 19e siècle, en Amérique du Nord, les ouvriers chinois qui posaient les voies ferrées (confère Lucky Luke), en dépit des conditions de vie et de travail difficiles, parvinrent à maintenir un niveau raisonnable de santé grâce à l’association de Riz, de champignons noirs et de fleurs d’hémérocalles séchées (Jin Zhen) considérées comme un légume.

Un proverbe chinois dit : « Manger Hei Mu Er permet de lutter contre la faim, d’alléger le corps et de renforcer la volonté ».

Lire la suite “LE CHAMPIGNON NOIR CHINOIS” »

HAUT DE PAGE