LES ALICAMENTS ET LA MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE

Ce blog est consacré aux propriétés des légumes et fruits de saison et de région, pour vous apprendre les synergies reliant le fonctionnement de notre organisme à la nature et l’environnement.

LE LITCHI

Le Litchi, Li Zhi

Le Litchi de Chine, Litchi Sinensis communément appelé Litchi se nomme Li Zhi 荔枝 en chinois. On le prénomme aussi « cerisier de Chine ». C’est d’ailleurs la phonétique chinoise qui a donné le nom à ce fruit.

Il provient d’un arbre fruitier de la famille des Sapindaceae qui est une plante tropicale. C’est un arbre qui peut atteindre jusqu’à 15 mètres de haut et vivre plusieurs centaines d’années. Chaque arbre peut alors donner de 100 à 150kg de fruit par an !

C’était un fruit purement asiatique, mais qui est maintenant consommé et connu de tous. Lire la suite “LE LITCHI” »

LE POIREAU

Le Poireau, Jiu Cong.

Le poireau, Jiu Cong 韭葱 en chinois, Alliium porrum est une plante herbacée vivace. Il appartient à la famille des Amaryllidacées. Selon les régions ou les coutumes, on l’appelle aussi porreau, poirée, poirette, « asperge du pauvre ».

Le poireau a de longues feuilles engainantes, opposées, plates, vert sombre ou vert jaunâtre, plus ou moins larges. La base des feuilles emboîtées forme une pseudo-tige appelée « fût » dont la partie enterrée est blanche et la plus appréciée. Les fleurs, blanc verdâtre, apparaissent groupées en ombelle au sommet d’une tige florale dressée, la deuxième année.

Il est originaire du Moyen-Orient et du Sud-Ouest asiatique. Cultivés depuis plus de 4000 ans, les poireaux étaient largement consommés par les Égyptiens, les Chinois, les Grecs et les Romains pour leur valeur médicinale.

C’est un légume capable de soulager les troubles respiratoires, mais c’est aussi un « tonique de la sexualité » qui réchauffe les Reins. Sa capacité de purifier et d’être diurétique lui permet d’éliminer l’acide urique et de soulager la goutte et l’arthrite. Lire la suite “LE POIREAU” »

LE MELON

Le Melon, Tian Gua

Le melon, Tian Gua 甜瓜en chinois, Cucumis melo est une plante herbacée annuelle originaire d’Afrique intertropicale.

Il appartient à la famille des Cucurbitacées. La plante « melon » désigne donc aussi le Melon. Connu dans le monde entier, c’est un « faux fruit » très prisé pour ses vertus préventives et thérapeutique en Chine.

Faux fruit, car il n’est pas issu d’un seul pistil à fleurs. En réalité, c’est un légume ! Dans le langage populaire, nous l’appelons donc « fruit ». C’est un fruit climatérique, sous-entendant qu’il continue à mûrir après la récolte. Il convient de ne pas le confondre avec le  melon d’eau (je vous renvoie à une précédente étude).

C’est une plante rampante ou grimpante suivant le cas. Le fruit est donc une fausse baie de forme ovale ou ronde, généralement volumineuse. Sa peau plus ou moins lisse, bosselée, côtelée, brodée ou galeuse et divisée en secteurs nettement dessinés, varie en couleur de tous les tons du vert au jaune en passant par le blanc. La pulpe de couleur varie selon les variétés, de jaune à orangé ou de blanc à légèrement verdâtre, est très juteuse et parfumée à maturité. La cavité centrale, fibreuse, renferme de nombreux pépins, graines ellipsoïdes comprimées.

Il en existe plus de 950 variétés, mais celui que nous voyons le plus souvent sur nos étals et le « melon cantaloup » à chair orangée. Cette variété est originaire d’Asie Mineure et fut cultivée en France à partir du XVIe siècle.

Le melon était déjà domestiqué en Égypte 2700 ans avant notre ère et cultivé en Mésopotamie 2000 avt JC.

Les moines le cultivaient pour les papes dans leur résidence d’été de Cantaluppo, à l’époque de la Renaissance. C’est de là que vient l’appellation « Cantaloup ».

Comme en tout, attention à la surconsommation : « Le 12 janvier 1519, l’empereur Maximilien 1er des Romains meurt d’une apoplexie due à une consommation excessive de melon au retour d’une partie de chasse. Son père, l’empereur Frédéric III, 26 ans plus tôt, était mort de la même manière ! »

Lire la suite “LE MELON” »

LE CRESSON

LE CRESSON, XI YANG CAI

Le cresson dont nous allons parler ici est le cresson officinal encore appelé « cresson de fontaine ».

Son nom chinois Xi Yang Cai 西洋菜 . C’est une plante potagère de la famille des crucifères, tel le chou, le brocoli, la mâche, le navet et le radis. Il ne faut pas le confondre avec le cresson de terre, barbarea verna, ou le cresson alénois, deux espèces poussant dans des lieux secs.

Le cresson de fontaine est une plante vivace qui forme des pousses rampantes au fond de l’eau, puis des tiges creuses qui se dressent hors de l’eau à l’extrémité des rameaux. Le cresson se cultive traditionnellement en fosses remplies d’eau non stagnante, appelées « cressonnières » (terme attesté depuis 1286).

Le mot « cresson » est apparu dans la langue française en 1130. Il vient du francique kresso qui signifie « rampant ».

Cette plante est connue depuis la plus haute antiquité. On lui attribuait alors des vertus magiques. Elle entrait dans la préparation de philtres d’amour. Xénophon raconte que les jeunes perses allaient à la chasse en se contentant d’eau et de pain assaisonné de cresson. Lire la suite “LE CRESSON” »

LA GRENADE

LA GRENADE, SHI LIU

La grenade est un fruit originaire d’Iran. C’est un des fruits les plus anciens, appréciés pour ces multiples vertus thérapeutiques et préventives comme nous allons le voir.

En chinois, on l’appelle Shi Liu 石榴. C’est un des grands fruits de la pharmacopée chinoise, en particulier la « peau de grenade séchée », Shi Liu Pi.

La grenade est le fruit du grenadier (Punica granatum) de la famille des Lythracées.

Ce fruit, en forme de pomme, passant avec le temps du vert au rouge orange, doit être considéré comme un cas limite de baie puisque la pulpe n’est pas charnue, mais elle n’est pas filandreuse non plus. Son diamètre peut atteindre 15 centimètres et elle est divisée par de nombreuses parois. Chaque grenade est composée d’exactement 840 graines, chacune entourée par un sac de jus sucré et acidulé.

On en retrouve sa trace dans les temps les plus reculés.  Dans la tombe d’un haut fonctionnaire égyptien de l’époque de Ramsès IV, on a retrouvé des grenades comme offrandes funéraires.

La racine, l’écorce et la peau bouillie étaient utilisées jusqu’au Moyen Âge comme vermifuge même contre les vers solitaires.

Considérée comme un des fruits du paradis, la grenade est utilisée en pays d’Islam dans la médecine arabo-musulmane. Dans l’ouvrage « at-tibb an-nabawi » de l’auteur Ibn al-Qayyim al-Jawziyya, littéralement « la médecine prophétique », l’écorce de grenade est notamment utilisée pour traiter le diabète et le cancer !  Lire la suite “LA GRENADE” »

HAUT DE PAGE